Cette page recense un certain nombre de documents afin qu’ils soient facilement accessibles à mes élèves de terminale L.


Vous y trouverez des documents de méthode, des compléments aux cours à lire et à apprendre ou bien le cours lui-même pour rattraper des séances qui sauteraient.
N'oubliez pas de lire votre manuel. Faites vous une courte fiche sur ce que vous avez lu.

Attention aux fautes d'orthographes ! Voici un fichier qui recense quelques unes des fautes d'orthographe les plus fréquentes dans vos copies.

Complément sur "matière et esprit" et "autrui" : La question de la chair et l'érotisme.

Les principales anecdotes sur la vie de Diogène le cynique.
La théorie des cordes.
Le chat de Schrödinger.
Exploration de l'univers physique.

DS le vendredi 19 mai. Trois dissertations au choix.

Pierrot le fou : vous avez couché avec ma femme.

Arte a diffusé un beau reportage sur l'anarchisme. Première partie. Deuxième partie. Nous en avions parlé dans le cours sur l'Etat.

Pendant les vacances d'avril, il faut commencer vos révisions. Vous avez deux mois, donc huit semaines, jusqu'aux épreuves écrites.
Faites un planning de révisions très précis pour savoir chaque jour ce que vous devez réviser. Pas un seul jour sans révisions.

Rainer Maria Rilke, la petite mort et la grande mort, dans Les cahiers de Malte Laurids Brigge.
"Qui attache encore du prix à une mort bien exécutée ? Personne. Même les riches, qui pourraient cependant s'offrir ce luxe, ont cessé de s'en soucier ; le désir d'avoir sa mort à soi devient de plus en plus rare. Quelque temps encore, et il deviendra aussi rare qu'une vie personnelle. C'est que, mon Dieu, tout est là. On arrive, on trouve une existence toute prête, on n'a plus qu'à la revêtir. On veut repartir, ou bien l'on est forcé de s'en aller : surtout pas d'effort ! Voilà votre mort, monsieur. On meurt tant bien que mal, on meurt de la mort qui fait partie de la maladie dont on souffre".
Exemple de cette mort anonyme : Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard, les cas de mort qu'on entend à la radio.
"Jadis, l'on savait - ou peut-être s'en doutait-on seulement - que l'on contenait sa mort comme le fruit son noyau. Les enfants en avaient une petite, les adultes, une grande. Les femmes la portaient dans leur sein, les hommes dans leur poitrine. On l'avait bien, sa mort, et cette conscience vous donnait une dignité singulière, une silencieuse fierté".
Exemple de cette mort singulière : Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard, la mort de Ferdinand.

Nuit blanche, de Cyrille Aimée, acoustic cover par Clara Fontana.

Sur le fait que le sentiment de la joie d'aimer l'existence telle qu'elle est, aussi bien chez Rousseau, Nietzsche et Proust, peut être rapproché de l'art, la littérature, la musique. Pour confirmer ce point, un autre témoignage, celui de l'écrivain Julien Gracq (1910-2007), à propos de la poésie :
"Il n'y a pas, il n'y a sans doute jamais eu de grand poète (et c'est pourquoi les religions du salut au fond ne les aiment guère), de poète si sombre, si désespéré qu'il soit, sans qu'on trouve au fond de lui, tout au fond, le sentiment de la merveille, de la merveille unique que c'est d'avoir vécu dans ce monde et dans nul autre. La poésie vibre par excellence dans ce sentiment du oui." "Pourquoi la littérature respire mal ?", Préférences (1961).
Sur Proust : l'intégralité d'A la recherche du temps perdu, lu. Reportage sur la vie et l'oeuvre de Proust.
Son oeuvre  fait l'objet de plusieurs tentative plus ou moins réussies d'adaptation au cinéma : Un amour de Swann (1983) de Volker Schlöndorff,  Le temps retrouvé (1999) de Raoul Ruiz.
Je remets ici le complément sur  Nietzsche, l'éternel retour et l'amor fati, pour ceux qui souhaiteraient approfondir la question, liée au bonheur.

J'aimerais aborder l'approche que la physique donne du temps à partir de la relativité d'Einstein, à savoir que le temps ne s'écoule pas de la même façon partout et qu'il est déformé par la matière. Voici un reportage très clair et très bien fait sur la question composé de 18 capsules. Le paradoxe le plus célèbre est celui des jumeaux : dans une fusée tournant autour de la terre à un peu moins que la vitesse de la lumière, le jumeau vieillira bien moins vite car le temps s'écoule moins vite que sur terre, et un jumeau reviendra 80 ans plus tard en ayant à peine veilli quand l'autre sera un vieillard. Voici une illustration de cette contraction du temps.

Lecture d'un extrait de La nausée de Sartre, à propos de l'existence.
Autre exemple se révélation de l'existence : Fernando Pessoa. Deux poèmes de Pessoa sur le sentiment de l'existence.
Ou encore, Georges Perec Un homme qui dort.
Explication de la définition kantienne de l'existence.

Complément sur autrui : l'amour chez Jean-Luc Marion.

Huis-clos, de Sartre. Analyse.

La phrase la plus célèbre de Huis-Clos, "L'Enfer, c'est les autres" a été mal comprise et Sartre s'en est expliqué en 1964 dans le commentaire de l'enregistrement de la pièce : 

« "L'enfer c'est les autres" a été toujours mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c'était toujours des rapports infernaux. Or, c'est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l'autre ne peut être que l'enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont, au fond, ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes. Quand nous pensons sur nous, quand nous essayons de nous connaître, au fond nous usons des connaissances que les autres ont déjà sur nous, nous nous jugeons avec les moyens que les autres ont, nous ont donné, de nous juger. Quoi que je dise sur moi, toujours le jugement d'autrui entre dedans. Quoi que je sente de moi, le jugement d'autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d'autrui et alors, en effet, je suis en enfer. Et il existe une quantité de gens dans le monde qui sont en enfer parce qu'ils dépendent trop du jugement d'autrui. Mais cela ne veut nullement dire qu'on ne puisse avoir d'autres rapports avec les autres, ça marque simplement l'importance capitale de tous les autres pour chacun de nous. »


Pour le cours sur autrui : l'expérience de Asch. Dans cette expérience de psychosociologie, on montre la puissance du conformisùe, les individus étants prêts à dire croire des choses manifestement absurdes juste pour ne pas être mal jugés par le groupe. Où l'on voit la puissance du On sur l'individu.
Cf. la page wiki sur cette expérience.
Autre exemple : l'effet du témoin. On voit que l'on se conforme spontanément à ce que On fait avant de se demander ce qui est bien ou mal. Ainsi, une personne qui s'évanouit dans la rue aura plus de chance d'être aidée par quelqu'un si ce quelqu'un est seul, mais si le groupe n'aide pas la personne au sol, il se conformera et ne l'aidera pas non plus. Par contre, dès qu'un individu aide la personne au sol, tout le monde se conforme et vient l'aider.
Cf. la page wiki sur l'effet du témoin.

Complément au cours sur autrui : La nouvelle de Maupassant, Solitude.
Complément au cours sur autrui : Platon et la connaissance d'autrui.

Belle illustration des deux infinis de Pascal, celui de grandeur et celui de petitesse, dans cette application qui permet d'explorer l'univers du mur de Planck aux limites de l'univers observable, en passant par la théière de Russell.

Juste pour le plaisir, aperçu d'un concert du groupe jazz/funk DiKaNDo, avec mon amie l'excellentissime Clara Fontana au sax ténor, alto, soprano et au chant.

Un parfait exemple de pseudo-science, au sens de Popper : la PNL.

A voir sur Freud :
Documentaire en deux parties.
1ère partie
2ème partie
Film de John Huston, Freud passions secrètes.
De Freud, on peut lire facilement Cinq leçons sur la psychanalyse. Ou alors, pour des récits de cas, voir Cinq psychanalyses.

Compléments sur la conscience :
Un texte de Sartre sur l'intentionnalité comme éclatement de la conscience.
Sartre et la conscience de soi comme séparation de soi.

Vendredi 31 mars, nous ferons un DS en 4h, de 8h à 12h. L'objectif est de vous entraîner comme au bac blanc, car faire un DM, c'est gentil, mais vous le faites avec le cahier ouvert sous les yeux, ça ne vous aide pas à apprendre votre cours. Il faut maintenant vous mettre dans les conditions réelles du bac.
Il y aura donc, au choix, deux dissertations et une explication de texte.
Les cours à réviser, par ordre de priorité : "vérité et démontration", "religion et raison", "la culture", et dans une moindre mesure, l'art, la morale.
Pour vous préparer, il va y avoir des interrogations de cours sur le même principe que d'habitude,  vendredi 17 et vendredi 24 mars.

Deux leçons pour les plus motivés :
Une leçon sur "être quelqu'un", liée aux notions "le sujet", "la conscience", "la liberté, "autrui".
Une leçon sur les limites du réel, liée aux notion "le réel", "la matière et l'esprit", "l'existence".

Pour votre culture personnelle : le 12 février est mort le grand chanteur de jazz Al Jarreau.

Pour se motiver pour le bac blanc.
Shia Labeouf "Just do it ! ".
Maître Yoda "N'essaie pas, fais le !"

Tchouang-Tchéou et le rêve du papillon.

Excellent site pour ceux qui voudraient travailler par eux-mêmes des notions au programme.

Questionnaire sur les Méditations métaphysiques de Descartes à rendre pour la rentrée.
Cette semaine, Les nouveaux chemins de la connaissance, sur France culture, étaient consacrés aux Méditations métaphysiques de Descartes.

Compléments sur la conscience :
Un texte de Sartre sur l'intentionnalité comme éclatement de la conscience.
Résumé de La métamorphose de Franz Kafka.
Le problème de l'identité personnelle.

compément sur vérité et démonstration. Leçon sur la notion de scientificité, très utile, dans la mesure où le mot "science" apparait souvent dans les sujets de bac. Cette leçon permet de problématiser cette notion dans vos dissertations.
L'expérience du plan incliné de Galilée.

Révisions pour le bac blanc :
Il est capital d'être au point sur la méthode : revoyez les fichiers de méthodologie, relisez vos copies avec les annotations, et relisez les corrigés.
Pour ce qui est des cours, révisez prioritairement ceux qui portent sur le bloc "culture", et dans une moindre mesure ceux sur la politique et celui sur la morale.
Ne révisez pas "vérité et démonstration", ni "bonheur et désir".
Deux interrogations de cours auront lieu, vendredi 27 janvier et vendredi 3 février. Elles vous permettront de tester vos connaissances pour vérifier que vous êtes au point pour le bac blanc.
Faites un planning de révision : vous devez savoir précisément chque jour ce que vous devea réviser, et combien de temps vous devez consacrer à chaque élément à réviser, pour ne pas être pris de cours au dernier moment.

2 ou 3 choses que je sais d'elle de Jean-Luc Godard. La scène du café.
John Cage, 4'33'' : interprétation par un ochestre japonais, en 2013.
La fiche Wikipédia propose des interprétations intéressantes à ce sujet.

Rattrapage en culture littéraire pour des terminales littéraires :
Sur Louis-Ferdinand Céline, vous pouvez regarder le reportage suivant : Voyage au bout de Céline.
Sinon, des extraits de Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit lus par Fabrice Luchini.
Céline est celui qui a su marier le langage populaire parlé avec la langue française la plus classique. Chaque phrase de Céline est une musique à écouter. Ses romans explorent ce que Pascal appelait la misère de la condition humaine, vouée à l'absurdité de l'existence et à la mort prochaine. C'est cette misère que Céline décrit sous la métaphore de la nuit : c'est la nuit de l'absence de sens, et exister c'est traverser cette nuit jusqu'à la mort. L'existence humaine est un voyage au bout de la nuit.

Puisque que j'ai évoque ces oeuvres en cours :
Le vol du bourdon, de Rimsky-Korsakov
De l'aube à midi sur la mer, de Claude Debussy.

Deux chefs d'oeuvre :
Pour illustrer le "Malheur à qui n'a plus rien à désirer !" de Rousseau, l'absence de désir comme absence d'énergie, de sens, et tombée dans la dépression, l'ennui comme attente vide, dont parle Schopenhauer. Georges Perec a écrit un beau texte et en a fait un film en 1974 : Un homme qui dort. C'est le récit d'un descente, une dépression, celle d'une étudiant en sociologie à Paris, qui ne va passer passer ses examens, puis le récit d'une remontée vers la vie. On notera l'insistance sur la toile de René Magritte, La reproduction interdite, qui rend visible la négation de l'identité d'un homme, tout comme l'identité du personnage du film se découvre absolument nulle, réduite à rien.
Dans le même esprit, de Louis Malle, Le feu follet (1963), avec la musique d'Erik Satie. Adaption d'un roman de Pierre Drieu la Rochelle. Un feu follet est une lueure nocturne, symbolisant la vie du personnage qui s'est consumée dans des fêtes superficielles, dans l'alcool, dans le luxe, l'argent, la luxure, etc, et qui refuse de vieillir, jusqu'au suicide. Une belle illustration du "Malheur à qui n'a plus rien à désirer !" de Rousseau et de l'ennui comme être blasé de tout que décrit Schopenhauer. Dasn cette scène, il tente de décrire son état à une ancienne relation amoureuse, en vain.

El très de mayo, de Goya. Bon exemple de peinture belle mais qui est une image désagréable, celle de la mort, de la peur, de l'injustice. Bon exemple aussi pour montrer que le peintre, ici, ne prétend nullement nous divertir de la réalité, mais bien plutôt la montrer dans sa crudité.
La beauté n'est pas toujours agréable. La tristesse est souvent belle mais n'est pas agréable. Cf. la musique belle et triste du Requiem de Mozart, la Passion selon saint Matthieu de Bach qui doivent arracher des larmes à tous ceux qui écoutent attentivement, ou bien , pourquoi pas, dans un tout autre genre, n'importe quelle chanson de Radiohead. Cette différence entre beau et agréable permet aussi de distinguer des oeuvres qui relèvent du divertissement plus que de l'art, car elle suscitent en nous un plaisir physique, plus qu'un plaisir de l'esprit, et relèvent donc du divertissement agréable que du beau. Il est important dans une copie de ne pas confondre les deux, afin de ne pas citer comme exemple d'oeuvre d'art belle une chanson de Yannick Noah ou un film comme Camping 3.
Exemples sur l'art contemporains : l'art contemporain ne fait pas l'unanimité. Il suscite souvent l'ironie et les critiques à cause de son goût pour la provocation, sa volonté de choquer, son goût pour le non-sens, pour la scatologie ou bien sa dépendance à l'égard d'un discours conceptuel souvent abscons. Ce sketch des Inconnus, qui date du début des années 90, résume bien ces réserves. Dernièrement, une polémique a eu lieu lors de l'exposition Murakami au chateau de Versailles. Quelques exemples : la merde d'artiste de Manzoni, les colonnes de Buren, les monochromes bleus de Klein, Jeff Koons exposé à Versailles...

Explication de texte à rendre pour le vendredi 20 janvier : texte de Merleau-Ponty sur le langage, sera distribué en classe.
Interrogations sur les compléments de cours sur le langage, le vendredi 13 janvier à 8h :
Complément sur le langage : à propos de la traduction.
Complément sur le langage : à propos de la poésie (textes de Sartre).
Complément sur le langage : Bergson et les limites du langage.
Complément sur le langage : langage et histoire et la question du langage animal.
Complément sur le langage : la notion de signe.

Voici une reprise des preuves de l'existence de Dieu et de leur réfutation par Kant, car c'est un point complexe.
Puisqu'on y faisait allusion à propos de la Morija : quelques aspects religieux de l'oeuvre de Tolkien. Il était catholique et son oeuvre est parcourue d'allusions bibliques.

Scène finale d'"Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution" (1965), de Jean-Luc Godard.
Lemmy Caution, agent secret, est infiltré à Alphaville sous un faux nom et en se faisant passer pour un journaliste. Il comprend peu à peu ce qui se passe et va faire de Capitale de la douleur, le recueil d'Eluard, un remède au langage logique et technique qui réduit sans cesse les mots, interdit l'expression des émotions, interdit de demander pourquoi.
Le langage d'Alpha 60 est un lanlage formaté, qui formate les esprits. Chacun s'exprime comme tout le monde, par des formules figées "Je-vais-très-bien-merci". Il est interdit de demander pourquoi, donc de chercher les raisons, le sens, on doit simplement dire "parce que", c'est-à-dire tirer les conséquences logiques. Tout ce qui échappe à la logique mathématique est proscrit dans Alphaville : l'art, les sentiments, etc. Il n'y a pas d'amour dans Alphaville, il n'y a que la sexualité réduite à la prostitution des séductrices d'ordre 3. Tel Prométhée apportant le feu aux hommes, Caution arrive dans Alphaville avec la poésie que symbolise cet ouvrage. Des vers ou des titres sont lus par le détective à Natacha, sa guide, pour la faire réagir, lui rappeler que la conscience, l'amour, la vie, existent : "Nous vivons dans l'oubli de nos métamorphoses..." ; "La mort dans la conversation" ; "Tes yeux sont revenus d'un pays arbitraire" ; "Mourir de ne pas mourir" ; "Pour se prendre au piège". En opposition à la logique d'Alpha-60, les opposants au régime d'Alphaville citent Eluard. Ainsi, un dissident sur le point de se faire fusiller pour avoir pleuré à la mort de sa femme récite ces trois vers de "La petite enfance de Dominique" :"Il suffit d'avancer pour vivre/D'aller droit devant soi/Vers tout ce que l'on aime". Ces vers sont repris dans le grand poème cité dans la chambre alternativement par Lemmy et Natacha. Ce "poème" est en fait un gigantesque collage, par Godard, de plusieurs vers d'Eluard empruntés à différents poèmes : "Ta voix, tes yeux, tes mains, tes lèvres. Nos silences, nos paroles. La lumière qui s'en va, la lumière qui revient. Un seul sourire pour nous deux. Pas besoin de savoir. J'ai vu la nuit créer le jour sans que nous changions d'apparence. O bien aimée de tous, bien aimée d'un seul, en silence ta bouche a promis d'être heureuse. De loin en loin dit la haine, de proche en proche dit l'amour. Par la caresse nous sortons de notre enfance. Je vois de mieux en mieux la forme humaine, comme un dialogue d'amoureux. Le coeur n'a qu'une seule bouche. Toutes les choses aux hasard, tous les mots dits sans y penser. Les sentiments à la dérive. Les hommes tournent dans la ville. Les regards, la parole et le fait que je t'aime, tout est en mouvement. Il suffit d'avancer pour vivre, d'aller droit devant soi vers tous ceux que l'on aime. J'allais vers toi. J'allais vers la lumière. Si tu souris, c'est pour mieux m'envahir. Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard." Godard sélectionne seulement certains vers de l'oeuvre qu'il assemble ensuite dans un " collage ". Ce choix se porte surtout sur les vers " illogiques " (" Un seul sourire pour nous deux "...), en opposition à la logique d'Alpha-60. La poésie, l'art, la vie, n'obéissent pas à la logique des machines. Godard cite aussi les philosophes, autre modalité du langage propre à subvertif le langage formaté : Pascal ("Le silence de ces espaces infinis m'effaie", dans les Pensées), et aussi Nietzsche ("Quel est le privilège des morts ?" "Ne plus mourir", dans le Gai savoir) et Bergson (le titre Essai sur les données immédiates de la conscience est cité). Céline est cité quand Lemmy Caution indique au chauffeur de taxi " oh, moi de toute façon, je voyage au bout de la nuit ". La fable de Jean de La Fontaine, "Les animaux malades de la peste" est citée quand il affirme : "Les habitants d'Alphaville ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés". Le film est aussi une allusion au mythe d'Orphée cherchant Eurydice aux Enfers et ne devant pas se retourner, Lemmy demandant à la fin du film à Natacha de ne pas se retourner vers Alphaville. Alphaville contient plusieurs allusions à 1984 de George Orwell. Sans qu'il n'y ait aucune citation, des rapprochements existent. Lemmy Caution passe devant le " Ministère de la dissuasion. Police ", un ministère qui rappelle ceux du roman (Le ministère de la vérité, la police de la pensée...). Les " heures océaniques " du film évoquent " l'Océania " de 1984. Et les interdictions de penser à certains concepts ainsi que le contrôle de la langue reprennent les principes de la " novlangue " présente dans le roman d'Orwell. Le totalitarisme très bureaucratique d'Alphaville est aussi assez proche de l'univers des romans de Franz Kafka. Un film très riche, donc.
Dans la même optique qu'Alphaville, il y a aussi Ray Bradbury qui a écrit une nouvelle, Fahrenheit 451, qui décrit une société totalitaire où l'on brule les livres pour empêcher le peuple de penser. Les résistants apprennent par coeur les livres pour les sauver. La nouvelle a été adaptée en film par François Truffaut.
1984, de Georges Orwell, a été adapté au cinéma en 1984 : bande annonce.
Sur la technique, il y a le beau film, ici en neuf parties, Koyaanisqatsi (1982). Un film visuel et musical sur le developpement de la technique moderne.
Le titre signifie, dans la langue des indiens Hopi, une vie inauthentique, qui ne se sent plus à l'aise, qui n'est plus comme elle devrait être. C'est une vie devenue folle, qui court à sa perte et appelle une nouvelle manière de vivre. Cela désigne de le mode de vie des êtres humains de notre temps que les images du film entendent montrer.
La structure du film correspond à trois prophéties des indiens Hopi.
  1. Si l'on extrait des choses précieuses de la terre, on invite le désastre.
  2. Près du Jour de Purification, il y aura des toiles d'araignées tissées d'un bout à l'autre du ciel.
  3. Un récipient de cendres pourrait un jour être lancé du ciel et il pourrait faire flamber la terre et bouillir les océans.
La première prophétie illustre l'exploitation par la technique moderne des ressources de la nature. Elle illustre bien l'idée cartésienne de l'homme devenu comme maître et possesseur de la nature et jouissant sans aucune peine des fruits de la terre. Le film offre d'abord de magnifiques plans de la nature désertique, avant sa possession par l'homme, puis l'arrivée des machines qui viennent l'exploiter et la détruire, le tout aboutissant à une explosion nucléaire.
La deuxième prophétie est interprétée comme signifiant que l'homme est lui-même cette araignée qui tisse sa toile sous forme de villes tentaculaire où les immeubles s'élèvent jusqu'au ciel. C'est ici qu'est présentée la ville moderne comme accomplissement d'une technique qui est une vie folle où les hommes fonctionnent à toute vitesse, tous semblables les uns aux autres, voués à la production et à la consommation (utilisation du procédé d'image accelérée), puis voués à l'ennui et la détresse dès lors qu'ils sont sans travail et ne peuvent produire et consommer (utilisation du procédé d'image ralentie). La structure en forme de toile des grandes villes est comparée à un circuit electronique et les hommes n'y sont pas plus libres que des éléctrons. On y voit un monde technique qui se developpe tout seul et dans lequel les hommes sont pris, ce qui illustre bien l'idée de l'autonomisation de la technique.
La dernière prophétie est interprétée en montrant, à l'ouverture du film, une fusée lancée dans l'espace, puis à la fin du film, par l'explosion de cette fusée qui retombe en cendres sur la terre, symbole d'une humanité vouée à la technique qui court à sa perte (cf. le danger écologique).


Sujet à rendre pour la rentrée en janvier : "L'art nous détourne-t-il de la réalité ?". Revoyez la méthodologie de la dissertation pour bien analyser les termes du sujet, cherchez des exemples variés d'oeuvres d'arts (architecture, sculpture, musique, peinture, littérature, photographie, cinéma...) et de toutes époques (antiquité, moyen-âge, classique, art moderne, art contemporain...). Cherchez ce qui fait problème dans le rapport art/réalité pour soigner votre problématique. Que l'art nous ouvre à la réalité, qu'est-ce qui s'y oppose ? Que l'art nous détourne de la réalité, qu'est-ce qui s'y oppose aussi ?. Cherchez des arguments, faites des démontrations en utilisant les connecteurs logiques, soignez les transitions entre les parties. Ne vous y prenez pas au dernier moment pour avoir le temps d'y réflechir longement. Vous avez aussi un chapitre sur l'art dans votre manuel qui peut vous être utile. Je me tiens à votre disposition pour lire ce que vous m'enverrez. Vous pouvez, pour faire la dissertation, lire de près les textes suivants et vous appuyer dessus. Voici un ensemble d'exemples d'oeuvres d'arts qui peuvent vous inspirer.

Compléments sur la technique : interrogation vendredi 16 décembre à 8h
Un complément qui reprend les deux sens de la technique vus en introduction en les approfondissant.
Un complément sur le danger que peut faire peser la technique sur la politique, ou le problème de la technocratie, lecture du texte de Jacques Ellul.
Le danger de la technique comme menace d'un appauvrissement de notre accès au réel et à nous même selon Heidegger.
Deux tableaux conceptuels importants sur la différence organe animal/outil humain et outil/machine, à partir d'un texte de Simondon.

Voici le cours de vendredi matin, la suite sur "Langage et esprit". A lire de près pour comprendre quelque chose lundi matin.
Et la fin du cours sur la technique.

Voici le cours de l'après-midi du 6 décembre : début du cours sur "Langage et esprit".

Compléments au cours sur le travail : interrogation mardi 6 décembre à 10h (je serais absent l'après-midi, vous trouverez le cours ici même).
La dialectique du maître et de l'esclave selon Hegel.
L'exploitation du travail selon Marx, l'analyse de la plus-value dans le Capital.
L'enjeu politique du travail à partir d'un texte de Nietzsche.

Le travail à la chaine dans Les temps modernes, de Charlie Chaplin.

Fin des notes du premier trimestre. Vous pouvez voir votre moyenne sur Pronote.

Pour ceux qui souhaient approfondir les notions de politique, qui sont suceptibles de tomber en juin : leçon, qui examine le rapport entre la liberté politique et l'égalité politique, abordant du même coup la justice, l'Etat, le droit, la société.

Un point de théologie catholique. Lors du cours sur l'Etat, pour expliquer ce que signifie pour Marx l'idéologie, nous avons étudié l'exemple de la religion, opium du peuple qui console et justifie l'état présent de domination d'une classe par une autre,. Consolation, car les pauvres seront récompensés dans la vie après la mort. Justification, car le péché originel justifie la souffrance des dominés, qui doivent expier ce péché pour mériter le paradis. Estelle dos Santos a fait une objection : par le baptême, le péché originel est lavé, donc ce péché ne justifie pas la souffrance. Sur le moment, je m'en suis tenu à ce que dit Marx, puisque j'étais en train de l'expliquer, et il m'a semblé que le péché originel ne pourrait être racheté que dans la vie future. En fait, le catéchisme catholique donne raison à Estelle dos Santos.
Voir d'abord, cet article sur le péché originel : art. 405 "Le Baptême, en donnant la vie de la grâce du Christ, efface le péché originel". Le dogme du péché originel vise à expliquer l'origine du mal dans le monde. Le mal, c'est à dire la souffrance, l'ignorance, la mort, sont des conséquence du péché originel, mais l'homme est lavé de ce péché dans le baptême.
Ensuite, cet article sur le baptême
art. 1263 "Par le Baptême, tous les péchés sont remis, le péché originel et tous les péchés personnels". Mais, art. 1264 "Dans le baptisé, certaines conséquences temporelles du péché demeurent cependant, tels les souffrances, la maladie, la mort, ou les fragilités inhérentes à la vie comme les faiblesses de caractère, etc., ainsi qu’une inclination au péché". On voit là que le péché originel explique la souffrance, mais ne la justifie pas, puisque l'homme est lavé du péché originel dans le baptême. C'est une objection qu'on peut faire à Marx. Non, la religion n'a pas pour fonction de justifier la souffrance des dominés et les empêcher ainsi de se révolter, car elle expliquer cette souffrance, mais elle ne la justifie pas. Mais Marx dit tout de même que la religion a aussi une fonction de consolation : la promesse du paradis console les dominés de leur souffrance dans cette vie de sorte qu'au lieu de se révolter, ils se résignent. Là, le fait que le baptê annule le péché originel ne change rien à la théorie de Marx.

Comme l'auto-réfutation du relativisme culturel est un point complexe, je vous le donne ici.
Pour ceux que ça intéresse, un reportage sur l'esclavage en Mauritanie. Comme on peut le voir dans ce reportage, défendre l'univesalité des droits de l'homme, ce n'est pas faire de l'ethnocentrisme, car on voit bien ici que ce sont des mauritaniens qui luttent activement pour les droits de l'homme et pour en finir avec l'esclavage dans leur pays, pas des occidentaux qui vindraient imposer leur propre culture aux mauritaniens. Ce un argument qu'on peut avancer qu'on le relativisme culturel qui pourrait vouloir dire que les droits de l'homme sont seulement un produit de la culture occidentale. Mais ces militants mauritaniens font face à la répression du gouvernement de Mauritanie. Cet article récent montre que le 14 novembre 2016, 13 militants abolitionnistes qui pourront être condamnés à de lourdes peines de prison.
La controverse de Valladolid. Et un exemple d'ethnocentrisme. Autre film sur la question de la culture : L'enfant sauvage, de François Truffaut. Là où Robinson Crusoe raconte le passage de l'homme à l'animal, de la culture à la nature, L'enfant sauvage raconte le passage de l'animal à l'homme, de la nature à la culture. Un enfant de plus de dix ans a vécu seul dans la forêt depuis sa naissance. On tente de l'éduquer pour en faire un enfant comme les autres. Il s'agit d'une histoire vraie.

Voici le cours du mardi 15 novembre : fin du cours sur l'Etat et la société, plus début du cours sur la culture.

Un complément sur la notion de justice qui sera utile pour la prochaine dissertation. Interrogation de cours sur ce complément vendredi 18 novembre.
Pour le vendredi 25 novembre, dissertation : « La justice consiste-t-elle à respecter la loi ? »

Je reçois des demandes de conseils pour apprendre le cours. J'ai pensé que la réponse pourrait être utile aux autre :
"Chacun a sa méthode pour apprendre un cours. Certains font des fiches qui résument le cours, soulignent de telle ou telle couleur l'essentiel, et ils les révisent dans les transports. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à en faire. Je trouve que tout est essentiel dans un cours.
Donc, j'apprends directement sur mon cahier. Quand je le relis, je souligne les passages les plus importants. J'apprends par coeur le cours en le récitant à voix haute, une page par une page. Je commence par lire (mémoire visuelle) la page à voix haute, ensuite je la cache et je la récite à voix haute (mémoire auditive), jusqu'à ce que je la connaisse, c'est-à-dire jusqu'à ce que je n'ai plus besoin de regarder le cahier pour réciter. En général, je marche de long en large quand je fais ça. Quand la page est apprise, je passe à la suivante. Une fois que j'ai appris un cours, je le récite pour moi-même à l'écrit pour vérifier que je le connais et que je suis capable de le réexpliquer sans avoir de trou de mémoire. Je me fais tout de même une fiche avec le plan,que j'apprends par coeur, pour bien connaître la structure, pour savoir précisément où se trouve telle idée, afin de connaitre l'ordre, et de ne pas tout mélanger. Je me fais aussi une fiche avec des citations tirées des textes liés au cours afin de les apprendre par coeur, ça aide beaucoup à se rappeler quel auteur dit quoi dans quelle oeuvre. L'important est de ne pas s'y prendre au dernier moment, car le cours est long, donc on ne peut pas l'apprendre un soir pour le lendemain. A la fin de l'année, la somme de vos cours de philosophie sera énorme, il sera donc impossible de les apprendre au dernier moment, c'est un travail qui doit être fait régulièrement, toute l'année, chaque semaine.
Voilà les quelques conseils que je puis vous donner, mais c'est vraiment à vous de trouver la manière d'apprendre qui est efficace pour vous, et qui vous servira pendant toutes vos études."

Questionnaire sur Rousseau et explication de texte de I, 8. Revoyez la méthodologie de l'explication de texte, le corrigé sur Aristote, votre copie avec mes remarques. Voici les passages du Contrat social cités en cours.

Corrigé du questionnaire sur la morale.

Méthode de la dissertation, par l'exemple. A étudier de très près.

Voici deux compléments au cours sur le bonheur et le désir, à lire, à comprendre et à apprendre : un sur le bonheur de désirer chez Rousseau, un autre sur Nietzsche, l'éternel retour et l'amor fati.

Voici 
la méthodologie de l'explication de texte, par l'exemple.

L'allégorie de la caverne, de Platon.

Les critères de correction de la dissertation.

Les critères de correction d'une explication de texte, pour que vous sachiez précisément ce que votre correcteur attend de vous.

Un tableau récapitulatif concernant l'opposition des modalités (possibilité, impossibilité, nécessité, contingence).

Définitions et étymologies des notions au programme. Très utile à connaitre

L'ensemble des définitions des repères (distinctions conceptuelles) au programme.

Ensuite, quelques conseils de lectures possibles en philosophie.